Littérature contemporaine américaine

L’attrape-coeurs – J.D. Salinger

couv44189762

Résumé :

Le roman, écrit à la première personne, relate la période où Holden Caulfield, expulsé du collège Pencey Preparatory trois jours avant les vacances de Noël, retourne à la maison familiale, à New-York. Il déambulera en ville avant de devoir annoncer la nouvelle à ses parents.
Âgé de dix-sept ans, Holden est plein d’incertitudes et d’anxiété, à la recherche de lui-même. Il vit son passage à l’âge adulte et comprend qu’il perd l’innocence de l’enfance. L’une des plus belles images de l’auteur pour exprimer ce passage est lorsque Holden demande au chauffeur de taxi où vont les canards lorsque l’étang gèle. Salinger dans ce roman décrit avec ironie et justesse la société américaine des années 1950.

Mon avis :

J’ai enfin lu ce livre, que je voulais lire depuis longtemps, et je crois que je l’ai fait au bon moment, profitant d’une Lecture Commune proposée sur le forum Livraddict.

J’ai remarqué que ce roman était très controversé, certains lecteurs le trouvant absolument génial, et d’autres absolument nullissime.

Pour ceux qui n’ont pas apprécié leur lecture, cela est peut-être en partie dû au style très simpliste employé par l’Auteur mais qui selon moi, est un fait exprès, ainsi qu’au vocable utilisé qui fait la part belle à un argot, aujourd’hui vieillot et complètement dépassé (N’oublions pas que le livre a été écrit en 1945 d’après les informations figurant sur mon édition, et publié au début des années 50). Il serait néanmoins intéressant de savoir ce que le vocabulaire donne dans la version originale américaine du livre (J’ai lu le livre en VF dans la traduction d’Annie Saumont qui date de 1986).
Je pense donc que j’effectuerai une relecture de ce roman en VO, dans quelques temps.

Pour en revenir au livre et à mon ressenti, je ne regrette vraiment pas de l’avoir lu. Ce livre m’a – je le dis sans aucune gêne – beaucoup plu.
Mine de rien, il raconte pas mal de choses sur la vie et la société d’alors, sans en avoir l’air, à travers l’errance de ce jeune homme dans New York qui vient tout juste de se faire renvoyer de son collège.

Holden Caulfield, pour lequel j’ai plutôt éprouvé tout de suite de la sympathie, et sous ses apparences de garçon paumé, eh bien ce petit gars est un génie ! Non sans rire !
Sans être un agrégé de philosophie, son personnage nous immisce dans ses réflexions, qui sont loin d’être sottes.
Je l’ai dit, le langage est résolument simpliste et emploie un argot devenu obsolète. Il y a pas mal de répétitions, et Holden exagère toujours tout à 1000%. Mais tout ceci est voulu par l’Auteur, et contribue à nous rendre le jeune Caulfield attachant. Et de plus on finit par se faire à ce style et à ce vocable, et pour ma part, certains passages du livre m’ont fait positivement bien marrer.
Et je n’ai eu aucun mal à m’identifier à Holden et j’ai suivi son petit périple avec intérêt et bonheur.
Alors je sais pas, c’est peut-être une question d’éducation, de sensibilité, de vécu ou encore d’âge, mais ce bouquin m’a parlé ! Et très franchement, n’eut-été un élément de langage qui revenait souvent et qui m’a déplu, je ne lui aurait pas enlevé ce petit point que je lui ai retranché.

Ma note : 17/20 (Et je tiens à dire que j’assume totalement cette note, ainsi que mes propos et avis sur ce livre !)

2 réflexions au sujet de “L’attrape-coeurs – J.D. Salinger”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s